Comment tenir un verre de vin ?

La dégustation de vins est basée essentiellement sur trois facteurs, dont la couleur, l’odeur ainsi que le goût. Le type de verre y joue un rôle important. Il permet de mieux apprécier le grand cru et contribue également à la qualité de son expression tout en profitant de toute sa splendeur. Ce n’est pas un simple caprice si l’on n’utilise pas un gobelet en plastique ou un verre classique pour boire votre meilleure cuvée. Découvrez au travers de ce guide œnologique comment maintenir un verre de vin, l’importance des gestes et les différents types de verres à dégustation.

Les différents types de verres à vin

Il existe une panoplie d’accessoires permettant de déguster des cocktails et des apéritifs : un verre de cognac, un verre à cocktail, une chope, un verre à martini… Tel que son nom nous laisse penser, le verre de vin est un petit récipient en verre, qui s’utilise principalement pour boire ou déguster cette boisson fermentée. Contrairement à un verre à liqueur ou une chope de bière, il comprend trois parties dont la zone la plus haute s’appelle le calice, puis la tige et la partie inférieure est dénommée la base.

Différents types de verres à vin sont conçus spécifiquement pour apprécier une grande variété de produits de cépage et spiritueux. Il faut bien choisir le bon modèle afin de pouvoir délecter à la perfection ses qualités, ses arômes et ses saveurs et de sorte que le contenu puisse être tourné sans dépasser le rebord. Quelle que soit l’utilisation, les verres en cristal d’excellente qualité se démarquent par leur paroi très mince avec une bordure plus polie. Les modèles classiques possèdent un bord plus arrondi.

Les verres de champagne

La flûte à champagne est un grand verre mince doté d’un pied plus fin. Sa taille réduite est spécifiquement choisie pour minimiser la perte des bulles. Contrairement à ce format, la coupe à champagne typique a une forme de « tulipe ». Il convient plutôt aux vins effervescents de qualité, notamment mousseux, qui nécessitent un volume important pour profiter de leur finesse et de leur potentiel. Sa grande ouverture permet de mieux révéler leur arôme, mais risque de laisser s’échapper rapidement les bulles.

Le verre à vin blanc

Le format standard se révèle parfait pour déguster un vin blanc. Évitez une taille trop grande, pour profiter de toute sa complexité. Trop petit, il nécessite un volume assez conséquent afin que le bouquet puisse offrir tout son arôme. Un modèle légèrement conique permet d’intensifier ce dernier avant dégustation et de faire tourner le vin en vue de l’aérer.

Le verre à vin blanc, notamment le rosé et le Bourgogne

Des modèles plus grands, mais resserrés vers le haut conviennent aux vins blancs de qualité supérieure, comme les rosés ou les Bourgogne. Leur contenance ne doit pas dépasser le tiers du récipient.

Les verres à vin rouge

Les vins rouges préfèrent des récipients assez grands permettant d’apprécier leurs arômes en les agitant. Les plus classiques possèdent la forme de « tulipe », mais plus haute et plus évasée pour accueillir un volume assez conséquent. De forme arrondie, le verre à vin rouge dédié aux Bourgogne et aux autres vins très nobles comme le Pinot noir s’appelle « verre ballon ». Elle est parfaite pour mettre en valeur leur couleur intense. Pour les déguster, il est préférable de remplir ce type de verre jusqu’au tiers au maximum.

Comment se tient un verre ?

Tenir un verre de vin n’est pas très difficile, mais nécessite quelques règles très simples, respectant l’art de la table. Plusieurs manières sont possibles. Il y a toutefois des bons et des mauvais styles. Les verres de vin se tiennent généralement par leur pied pour empêcher de réchauffer le godet et son contenu avec votre paume.

Cette disposition permet également de rendre moins visibles les odeurs qui salissent la main, comme le savon, le produit vaisselle, la cigarette, l’oignon… ainsi que les traces de doigts. Pour un simple amateur, il est recommandé de pincer la tige entre l’index et le pouce, tout en laissant naturellement les autres doigts s’installer. Glissez l’annulaire en dessous au cas où le pied semble trop court.

Tenir un verre à pied classique

Pour maintenir ce gobelet de manière stable, il est plus préférable de positionner le pouce et l’index au niveau de la moitié inférieure du pied. Déposez le majeur juste un peu au-dessus de la base. Le reste se repose normalement sur le socle.

Il est également possible de prendre le bas de tige du verre à pied, au-dessus du fond rond avec seulement le pouce et l’index tout en touchant légèrement le support. Le majeur doit être tendu vers l’avant en dessous en soutenant le verre depuis le bas.

Autre manière de tenir un verre de vin, il suffit de prendre le socle en appuyant en haut avec le pouce et soutenant sa face inférieure avec l’index et le majeur. Dans cette technique, aucun doigt n’effleure le pied. Outre le pouce, les quatre restants vont être légèrement courbés vers la paume. Ce système peut être socialement correct, mais moins stable pour les simples amateurs.

Tenir un verre de champagne

Pour l’apéritif, les coupes et les flûtes à champagne doivent être maniées avec une certaine précaution par la tige afin de conserver la fraîcheur et les bulles du spiritueux. La flûte se démarque par sa facilité et son confort d’usage. Quant à la coupe, elle est plutôt dédiée aux millésimes des vieilles vignes. Vous pouvez également utiliser des coupes classiques ou pour vin blanc moins évasées.

Découvrir nos vins >

Les bons codes sociaux pour bien tenir un verre de vin

Il est strictement interdit de toucher le calice en buvant vos grands crus. Même si cela peut outrager les amateurs de vin, ce code social s’appuie aussi sur des raisons esthétiques et scientifiques. En fait, tenir un verre de vin par son corps risque d’altérer largement l’apparence de sa robe et sa saveur. La chaleur fournie par la paume de la main est transférée rapidement à l’intérieur du gobelet.

L’enjeu est plus important lorsque vous choisissez du pétillant ou du vin blanc, qui semblent bien meilleurs s’ils sont dégustés frais. Les vins rouges sont moins sensibles à cette condition. En plus, les traces de doigts peuvent rester sur les calices, pour les rendre moins élégants. Celles-ci empêchent d’observer parfaitement la couleur ou la transparence du grand vin.

Il faut éviter également de tenir plus longtemps et plus fréquemment les verres. Prenez uniquement ceux-ci au besoin, lorsque vous voulez prendre des gorgées. À part cela, laissez-les posés sur la table. Le cas échéant, installez le socle sur la main non dominante et tenez la tige avec la main dominante.

Sachez qu’à table, un verre de vin se place toujours à droite du verre d’eau ou sinon au niveau du coin supérieur gauche du couvert.

Comment déguster un verre de vin ?

À la dégustation, il faut remplir le récipient généralement au tiers pour le vin rouge et à leur moitié pour le vin blanc. Pour les coupes de champagne, versez leur contenant jusqu’aux trois quarts uniquement. Ces conditions sont parfaites pour apprécier ses qualités olfactives. Les gobelets chargés à ras bord risquent facilement de déborder, d’être lourds à tenir par la tige, ou encore de vous retrouver nez à nez avec la boisson fermentée.

Pourquoi les verres ont des pieds ?

L’on a pu comprendre que les verres à vin ont des pieds. Cet équipement fait partie des pièces indispensables au sein d’une bonne table. Il ne s’agit pas d’un pur hasard ou une simple fantaisie s’ils en sont ainsi. En fait, ce type de boisson a besoin d’être tourné afin de le mettre en valeur, mais surtout d’optimiser ses caractéristiques organoleptiques. Commençons à explorer ce concept depuis sa genèse.

Des artisans verriers ont créé les verres à pied transparents au XIVe siècle. À l’origine, ces tiges servaient à empêcher les histoires d’empoisonnements dans l’aristocratie française, au XVIIe siècle. L’idée consiste à obliger les domestiques à manier le verre avec sa tige pour les empêcher de verser discrètement dans le contenu du poison.

Au fil du temps, le système s’est amélioré. Vers 1950, les dégustateurs ont utilisé des verres soufflés, plus fins, mais non colorés. Un fabricant de verrerie a révélé par la suite que la forme du verre influence la sensation des boissons alcoolisées, donc les qualités organoleptiques du vin. Le verre INAO a été inventé en 1970 et attesté comme étant la « norme » pour les dégustations officielles.

La tige assure, de nos jours, d’autres fonctions. Outre son rôle esthétique, elle permet d’empêcher à la chaleur de la paume d’être transféré au vin. De bonne température, notamment à 16°, la cuvée servie exprime à la perfection toute sa palette aromatique. Ce sera dommage si votre main devient la source d’un désagrément pour votre séance de dégustation.

Selon un très bon sommelier, la présence des pieds permet de mettre en valeur sans aucune gêne la couleur de la collection de millésimes. Ce qui convient bien pour aérer le vin en faisant danser le verre et ressortir ses arômes pour une dégustation parfaite.

Articles récents

Comment choisir sa cave à vin ?

Amateurs ou collectionneurs de grands crus, la cave à vin est une alternative plus moderne aux caves naturelles. Pratique, méthodique et facile à installer, cet appareil électrique est indispensable pour...

En savoir plus

Quel vin pour foie gras ?

Qu’il soit de canard ou d’oie, mi-cuit ou cuit, artisanal ou fait maison, le foie gras est une spécialité culinaire très appréciée pour accompagner du vin à l’occasion d’une fête...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré

×
Bienvenue !